La SAPCB possède une magnifique collection de maquettes qui sont des reproductions d’instruments astronomiques anciens.

Elles ont été réalisées par Alfonse de Lavergne entre 1986 et 1990 et constituent dans bien des cas d’excellents outils pédagogiques.

Voir la collection

Popularisée, il y a une vingtaine d’années, par Alphonse Delavergne, instructeur des CEMEA (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active), la sphère armillaire est devenue la mascotte de la SAP Côte Basque.

Voir la description

 


Pourquoi construire une sphère armillaire au XXIème siècle ?

Article de Cathy Constant

Voir l’article

 


La sphère armillaire est un instrument utilisé au deuxième siècle avant JC en Grèce, au premier siècle avant JC en Chine. Mais elle a probablement été imaginée bien avant.

Rédigé par Jacques Giespert

Site Astronomia.fr

Voir le cours

Yaël Nazé, astrophysicienne, Institut d’astrophysique de Liège

L’astronomie n’est pas née d’hier et, même si les progrès ont été prodigieux ces dernières années, il faut toujours connaître les origines pour mieux comprendre la situation actuelle. Au début, partout dans le monde, nos ancêtres levèrent les yeux vers les astres et tentèrent de les comprendre en élaborant diverses histoires simples, les mythes. Très vite, les anciens allèrent plus loin, et l’on retrouve les prémices d’une véritable Science dans leurs écrits – un balbutiement qui forgea la science moderne. Vous découvrirez ainsi notre héritage astronomique sous toutes ses facettes, surtout les moins connues : les mythes primitifs, l’orientation des mégalithes, le savoir égyptien, le ciel de Babylone, la méticulosité chinoise, les cosmogonies maya et inca, les étoiles-guides polynésiennes, etc. Non, il ne faut pas croire que les anciens ne pensaient pas – leurs observations sont même encore utiles à l’astronome d’aujourd’hui

 

Oceanopolis Brest – 2016

 

Durée: 1h24

 

La Commission des Cadrans Solaires (CCS),

créée en 1972, regroupe environ 300 amateurs de gnomonique, du néophyte à l’expert, du communicatif à l’observateur discret….

Voir le site

 


 

La gnomonique ou l’art de créer des cadrans solaires

Une mine d’informations !

Voir le site

 


 

Cadrans solaires et astrolabes – Logiciel shadows

Voir le site

Astronomie et navigation, Naviguer sous une bonne étoile

La navigation, jusqu’au vingtième siècle, eut besoin de l’Astronomie. En navigation hauturière, là où la terre n’est plus visible, il fallait bien utiliser le seul repère accessible : le ciel. Les astronomes étaient les prophètes des mouvements de la Lune, si importante par ses marées…

Observatoire de Lyon – Ph. Merlin

Lire la suite …

 


Histoire de l’astronomie au service de la marine

Durant des millénaires, seule lʼobservation des astres permettait aux capitaines dʼun navire de connaître une po­sition sur lʼocéan. Pouvoir déterminer avec exactitude la latitude et surtout la longitude sur toutes les mers du globe est devenu un véritable enjeu dʼEtat. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, plu­sieurs prix de grandes valeurs ont été proposés par les différentes puis­sances maritimes à celui qui découvrirait enfin “le secret des longitudes”. La solution qui finira par s’imposer est l’utilisation du chronomètre de ma­rine. En 1760, après quarante années de labeur, l’horloger anglais John Harrison réussit à construire une merveille de technique : la montre H4. En France les horlogers Berthoud, Le Roy puis Breguet apportent aussi de nombreux perfectionnements à l’art de l’horlogerie marine. Cependant, ces montres, appelées également “garde-temps”, “montres de marine” puis “chronomètres”, nécessitent, avant chaque embarquement, un contrôle rigoureux par des observations astronomiques. A partir des an­nées 1810, la France s’engage dans la mise en place d’un réseau d’obser­vatoires de la Marine dans les principaux ports afin d’offrir un service de contrôle des montres de marine. C’est cette histoire passionnante et mé­connue qui sera présentée dans le cadre de cette conférence.

Durée: 1h38

 

La rencontre de Johannes Kepler et de Tycho Brahe

La rencontre de Johannes Kepler et de Tycho Brahe, fut cruciale pour les travaux de Kepler au début du XVIIe siècle.

Auteur: Richard Taillet — Les podcasts de l’Université de Grenoble

 

Durée 34mn

Voir la vidéo :

EnregistrerEnregistrer

Le livre « De Revolutionibus » de Copernic

Le livre « De Revolutionibus » de Copernic, l’objet, son écriture, son impression, sa lecture.

Auteur: Richard Taillet — Les podcasts de l’Université de Grenoble

 

Durée 1h05

Voir la vidéo :

Le système de Ptolémée

Le système de Ptolémée est introduit (épicycles, excentriques et équants). On montre ensuite comment la permutation déférent/épicycle peut conduire à un modèle héliocentrique. Le « mythe copernicien » de la Terre détrônée par Galilée est aussi abordé.

 

Auteur: Richard Taillet — Les podcasts de l’Université de Grenoble

Durée 35mn

Voir la vidéo :

EnregistrerEnregistrer